Avez-vous fait un don ce mois-ci ?
A voir
Informations

Ce site héberge 1314 articles !

Bienvenue à Rochbambou, notre 98ème inscrit !

Pensez à nous suivre sur Facebook et Twitter. Tous nos liens y sont maintenant présents !

NOUS CHERCHONS DU MONDE POUR FAIRE DES TRADUCTIONS FRANCAIS/ANGLAIS. CONTACTEZ-NOUS SI VOUS SOUHAITEZ NOUS AIDER !

N’hésitez pas à vous inscrire au Transition Project si ce n’est pas encore fait ! Plus nous serons nombreux, plus ça ira vite !

Si vous faites actuellement avancer un projet, venez le présenter et le faire vivre sur ce site !

TTP France a maintenant 6 ans d’existence !

Des plans de générateur à eau sont disponibles sur ce site !

Articles avec le tag ‘futur’

Pourquoi tout va s’effondrer

Projet Internet 3.0 (whitepaper / livre blanc)

Version 0.0.2

Objectif : Créer un nouvel Internet entièrement en 3D (compatible réalité virtuelle) qui serait comme un pays à part utilisant les idées et technologies de notre siècle, tout en étant évolutif et décentralisé (pas de contrôle par une institution). Les échanges sont basés sur la technologie blockchain et l’idée d’une économie collaborative. Le programme garantira une égalité d’accès à la richesse produite. En tant qu’entité, il sera possible d’y travailler à partir de son ordinateur.

Interface : Dans un premier temps, un programme à télécharger sous Windows (comme Fortnite) qui permettra de lancer en plein écran le monde 3D.

1) Qu’est-ce que l’Internet 3.0 ?

Un nouvel Internet entièrement redéfini par les utilisateurs et basé sur un programme développé par l’Association The Transition Project (association créée en 2012). Le but est de créer un changement social par la technologie en créant un monde virtuel géré par de nouvelles règles et principes.

Il est possible aujourd’hui de créer un monde virtuel (comme Internet) qui a une influence dans le monde réel (tout le monde utilise Internet). En redéfinissant les règles, il est possible de créer une nouvelle civilisation comme aucun système politique, économique ou social n’a fait auparavant car ils n’ont pas les idées et les technologies d’aujourd’hui. Bien que cela peut sembler un peu utopique, c’est tout simplement basé sur les technologies actuelles (réalité virtuelle / 3D, blockchain / cryptomonnaie, échanges électroniques, ressources informatiques) et les idées actuelles (système décentralisé n’appartenant à personne, économie collaborative, meilleure répartition des ressources, …).

Tant que quelques nations contrôleront les ressources, il sera difficile de créer un monde réellement égalitaire. Mais si tout cela est géré en background par un programme plutôt que par des humains, alors certains comportements ne peuvent tout simplement pas apparaître (la technologie l’en empêche).

Aujourd’hui, nous avons tout un tas de technologies à notre disposition, mais notre système socio-économique est toujours basé sur des pratiques et une organisation datant de la Révolution Industrielle. Nous n’avons pas assez de puissance individuelle pour changer le monde, mais nous avons assez de ressources intellectuelles pour créer un cyberespace avec de nouvelles règles et pratiques (comme l’a fait Internet) qui peut bénéficier à tous (il sera possible de travailler dans l’Internet 3.0).

2) Qu’est-ce qu’une Economie Basée sur l’Internet 3.0 ?

Tout d’abord, pour montrer que cela n’est pas utopique, pensez-vous que l’Internet actuel a créé sa propre économie ? Connaissez-vous les termes comme « Nouvelle Economie », « web 2.0 », « Réseaux sociaux », … ? Pensez-vous que grâce à l’Internet de nouvelles entreprises ont émergé et changé notre quotidien ?

Nous proposons de travailler à un niveau encore au-dessus. Notre « ancien héritage » devient contre-productif (les riches deviennent encore plus riches, les pauvres encore plus pauvres). Notre technologie peut effacer cette différence en répartissant mieux les ressources (il suffit d’y insérer les règles correspondantes dans l’algorithme). Cela crée un environnement où la créativité et l’accomplissement personnel deviennent plus intéressants que le modèle qu’on nous propose actuellement.

3) Pourquoi pensez-vous que cela soit nécessaire ?

Déjà, parce que nous avons le niveau technologique qui permet de le faire. Ensuite, parce que notre système actuel ne garantit pas à chacun de pouvoir avoir un niveau de vie correct (les gouvernements peuvent-ils le garantir aux citoyens ?). De plus, avec des avancées comme l’automatisation, les algorithmes, la robotique, l’intelligence artificielle, …, de plus en plus de gens vont se faire remplacer par des robots ou des algorithmes, créant un système où il y aura de plus en plus de chômeurs et donc de personnes ayant des difficultés pour acheter les biens et les services dont ils ont besoin. L’Internet 3.0 peut proposer une nouvelle approche qui contrebalance les mauvais aspects de l’évolution technologique sur notre monde fonctionnant sur les anciennes règles (les règles d’organisation socio-économique mises en place avant la Révolution Numérique).

4) N’avons-nous pas tout simplement besoin de gens bien au Gouvernement ?

Nous estimons que critiquer la société ne change pas les choses. Beaucoup de gens le font, beaucoup de manifestations ont eu lieu, mais vous êtes toujours obligés de trouver un travail ou d’y aller chaque matin si vous en avez un. Et si vous n’en avez pas, vous êtes en galère.

Nous pouvons mettre des gens bien au Gouvernement. Mais ils seront confrontés à des milliers de problèmes. Humainement, ils ne peuvent pas être sur tous les fronts et avoir toutes les compétences et l’expertise. Un ordinateur peut résoudre en 1 seconde beaucoup plus de problèmes et d’opérations qu’un cerveau humain. Gouvernement ou ouvrier, dans les 2 cas une machine peut travailler plus longtemps par jour, ne jamais être fatiguée ou malade et surtout sera plus rapide à la tâche. Ce qui est nécessaire est un système qui gère correctement la distribution de richesses. Même si on met des gens bien au Gouvernement, tant qu’il y aura de la pauvreté (qui est due à une mauvaise répartition de la richesse), il y aura des comportements qui en résulteront : agressions, vols, disputes, délinquance, criminalité, …

Quand vous votez à une nouvelle élection ou que vous élisez un Président, est-ce que cela augmente votre niveau de vie ? Par contre, si vous gagnez plus de thunes, vous allez pouvoir vivre mieux et surtout faire davantage de choses.

Les lois, toujours plus nombreuses, n’empêchent pas les comportements résultant de la pauvreté. Ce n’est pas parce qu’on fait une loi punissant les vols ou les cambriolages que les vols et les cambriolages s’arrêtent.

5) Quand est-il de l’argent dans l’Internet 3.0 ?

Au moment où nous écrivons ces lignes (fin août 2018), il y a une technologie qui commence à émerger : la blockchain et les cryptomonnaies. Systèmes décentralisés permettant de ne plus avoir besoin d’établissements financiers pour échanger de l’argent (faire une transaction) et pour vérifier les transactions (cryptominage). En fait, nous n’avons pas vraiment besoin d’argent dans un système socio-économique (si demain tout l’argent disparaissait, pensez-vous que cela ferait disparaître les compétences humaines ? Est-ce que nous ne serions plus capables de construire une maison, faire du pain, faire une coupe de cheveux, modéliser des objets, … ?). Bien sûr, cela ne va pas changer tout de suite, l’Humanité doit passer par de nombreuses étapes avant d’arriver à ce type de civilisation. Mais d’ici là, nous pouvons accélérer le processus en faisant circuler la monnaie autrement, en utilisant des systèmes qui sont considérés comme alternatifs à notre époque mais qui seront peut-être courants demain.

Pour répondre à la question, renseignez-vous sur comment fonctionne une blockchain ou une cryptomonnaie et vous comprendrez que nous pouvons nous organiser autrement.

6) Quels sont les problèmes avec le système monétaire actuel ?

Il y a plusieurs problèmes. Mais par rapport à ce projet et ce que la technologie de l’Internet 3.0 peut apporter, nous pouvons citer ceux-ci :

  1. Cela crée des niveaux sociaux (pauvres, classe moyenne, riches, …) et de l’élitisme basés sur la disparité économique.
  2. Les gens ne sont pas égaux sans égalité salariale.
  3. Beaucoup de gens font un travail qu’ils n’aiment pas, juste parce qu’ils ont besoin d’argent pour vivre.
  4. Corruption, criminalité, …
  5. Lobbying.
  6. Plus d’argent = plus d’influence.
  7. Contrôle du comportement de ceux qui n’ont pas d’argent.
  8. Destruction de biens de consommation (nourriture jetée, obsolescence programmée, …).
  9. Le profit dirige les décisions, même si cela est contre-productif socialement, médicalement ou sur le plan environnemental.
  10. La technologie profite à ceux qui ont de l’argent.

Si le système est géré par un algorithme qui répartit de manière équitable les choses, alors les problèmes indiqués ci-dessous sont largement amoindris. De plus, il a été prouvé par des études sociales que les environnements où il y a une égalité salariale génèrent moins de violence.

7) Comment faire évoluer nos sociétés ?

Aucun gouvernement dans l’histoire n’a dirigé la société vers la phase suivante d’évolution sociale. A chaque fois, c’est la technologie qui l’a fait. Aucun membre du gouvernement n’est venu installer l’électricité ou l’Internet chez vous. Encore une fois, le but ici n’est pas de critiquer des personnes en particulier car cela est contre-productif. Mais prenez simplement conscience que le monde a évolué grâce aux technologies, rarement grâce aux organisations gouvernementales qui finalement ont peu d’influence dans le quotidien des gens (qui a le plus d’influence dans votre journée ? Les gens qui font de la politique ou votre smartphone ?).

8) La résistance au changement

Oui, il y a une résistance au changement car ça fait peur à beaucoup de gens. Dans les années 1990, lorsque vous faisiez un site web, personne ne comprenait son utilité. Aujourd’hui, une entreprise ou une organisation sans site web, c’est un peu bizarre.

Avant on utilisait Windows 95 ou Windows 98. Aujourd’hui nous utilisons Windows 10. Ce n’est pas pareil et pourtant nous avons fait notre mise à jour de compétence vers la dernière technologie.

Pareil pour les premiers smartphones et les smartphones d’aujourd’hui. Pareil pour Amazon (dans les années 1990, les banques ne croyaient pas à ce projet, elles disaient que personne n’achèterait sur Internet).

Quand une technologie est bonne et utile, elle finit par s’imposer au Grand Public.

9) Qu’en est-il des différences nationales ?

Internet a rapproché le monde. Aujourd’hui vous pouvez parler en direct avec n’importe qui sur la planète, peu importe son continent. Quand on voyage, on se rend compte que partout les gens veulent la même chose : vivre leur vie, être tranquilles, ne pas avoir trop de problèmes, … Un environnement géré par un algorithme peut aujourd’hui nous diriger petit à petit vers cela.

10) Quels sont les points les plus importants de votre projet ?

Collaboratif et basé sur les nouvelles idées et technologies : un environnement basé sur les choses de notre siècle et non sur les choses des siècles précédents (toujours cette idée de « mise à jour du système »).

11) Quel est le plan ?

  • Proposer l’idée au public (sans aide du public, pas d’évolution possible).
  • Récolter les fonds pour monter le MVP (Minimum Viable Product / Produit Minimum Viable).
  • Evoluer encore grâce aux collaborations diverses (dans le système, il sera possible de voter pour les évolutions à l’intérieur du système).

Dans le système actuel, on met des rustines. Ce que nous voulons dire par là, c’est que quand il y a un problème, on rajoute toujours plus : toujours plus de police, toujours plus d’argent, toujours plus de lois, …

En fait, il est plus efficace de « partir de 0 » que d’upgrader quelque chose toujours et encore alors que la base est obsolète. Aimeriez-vous travailler aujourd’hui sur votre ordinateur avec un MS-DOS patché à mort ou bien préférez-vous travailler avec la dernière version de Windows, Mac OS ou Linux ?

L’avantage de « partir de 0 » permet justement d’utiliser les dernières technologies et les dernières idées sans être parasité par un ancien héritage/système.

12) La fin du système actuel ?

C’est un processus très très lent. Mais on peut imaginer qu’à terme, la technologie devienne si puissante qu’elle rendra obsolète tous les systèmes centralisés. Pendant longtemps, les Humains ont utilisé les chiffres romains. Et puis un jour les chiffres dits « arabes » sont arrivés en Europe. Il y a eu une résistance au changement, et puis finalement le « nouveau système », plus simple, a remplacé l’ancien système (plus complexe).

Imaginez si on avait développé les ordinateurs (système binaire) avec les chiffres romains 🙂

N’oubliez jamais que par nature, tout système tend à se préserver (système établi). Jusqu’à ce qu’un nombre plus important de personnes utilise le nouveau système…

13) Qu’en est-il des villes ?

Dans l’Internet 3.0, les villes apparaissent en fonction des points créés. A chaque fois qu’une entité s’inscrit, un point est créé. L’aspect ne correspond pas forcément à l’aspect de la ville dans le monde réel. La ville est « bâtie » selon les méthodes d’organisation les plus réfléchies de notre époque (et pourront être amenées à être modifiées par les nouvelles découvertes que nous ferons dans le futur).

L’organisation commerciale est basée sur une économie collaborative (ce qui permet ensuite, dans le monde réel, une meilleure répartition des ventes et un coût d’énergie par transport moindre).

14) L’Internet 3.0 en tant que modèle

Par « modèle », l’idée est de montrer en 3D ce que serait une organisation socio-économique basée sur nos aspirations actuelles. En voyant en 3D ce que ça donnerait, cela peut influencer le monde réel, nous donner des idées et des orientations viables (transmission des réussites du monde virtuel dans le monde réel).

15) Le transport dans l’Internet 3.0

Au sens 3D, nous pouvons montrer les nouveaux concepts (trains maglev, hyperloop, …). Au sens du déplacement strict, cela est comme l’Internet actuel : ça doit être rapide, 1 clic. Comme un système de téléportation. L’utilisateur doit gagner du temps, se déplacer vite à l’intérieur du programme. Cela est normal.

16) Comment choisir ma « maison » dans l’Internet 3.0 ?

Sur une base purement informatique, votre « maison » est tout simplement votre compte dans le système. Après, en raison de la technologie 3D, il sera possible, si les utilisateurs le demandent, de créer un environnement 3D personnalisé. Mais à la base, c’est un outil d’échange : messages, informations, travail en commun, achat/vente de biens et services, résolution de conflits, …

17) Expliquez le système d’échange

Economie collaborative + algorithme de vente en fonction de la distance (favorisation de l’économie locale) + algorithme d’équité entre les vendeurs + vérification de la nuisance compétitive (trop d’acteurs) + vérification de la qualité de la prestation (pour éliminer les arnaques ou les personnes indésirables) + algorithme de la « meilleure offre » pour le consommateur.

Transactions basées sur la blockchain. Eventuelle cryptomonnaie interne (si les utilisateurs le souhaitent).

18) Votre projet est-il réalisable techniquement ?

Oui. C’est du travail mais c’est tout à fait possible. Il n’y a aucun problème technique particulier. La 3D, la VR, la blockchain, les algorithmes, les cryptomonnaies, la création d’environnements, …, sont des technologies tout à fait maîtrisées à notre époque.

19) La mise en avant des idées et des projets

Contrairement au monde actuel, les petits projets et les nouvelles idées seront beaucoup plus mis en avant dans l’Internet 3.0

Comme expliqué, le système est pensé pour que l’équité soit au centre du système. Un petit entrepreneur doit avoir autant de visibilité qu’une grosse entreprise.

20) Les taxes dans le système

Encore une fois, le but est de créer un système le plus équitable possible, facilement modifiable selon les choix de société des citoyens de ce nouveau monde.

L’accès est gratuit, et tout ce qui pourra être gratuit le sera. Après, il y a quand même des coûts, qui seront couverts par ce qu’on pourrait appeler « des commissions et une TVA réduite ».

Cet argent, outre de payer les programmeurs et les serveurs informatiques, sera utilisé pour aider les citoyens de ce nouveau monde (en partant toujours du bas pour élever tout le monde et selon les choix de la majorité).

21) Et si on n’est pas d’accord avec quelque chose ?

Il y aura un outil pour proposer des changements (changements qui seront beaucoup plus rapides que dans le monde réel).

22) Et si on n’adhère pas au système ? Si on se retrouve non-adapté ou en tant qu’altermondialiste ?

Contrairement au monde actuel, il sera possible de créer vos propres environnements. Ce que nous appelons « communautés alternatives » actuellement. Ca fera partie des futurs développements (et bien sûr ne sera réel que s’il y a du monde pour encourager cette direction). Comme tout projet, c’est le nombre d’utilisateurs qui fait la différence…

23) Pourquoi est-ce que votre projet est « supérieur » aux autres projets ?

La plupart des projets actuels sont là pour résoudre des problèmes de notre système socio-économique actuel. Lui-même générant ces problèmes. Comme vous l’avez compris, nous considérons cela comme une rustine. C’est comme si on avait un robinet qui fuit tout le temps et qu’on essaye de boucher les trous avec du scotch d’école. Pour nous, il est plus intelligent de remplacer le vieux robinet par un nouveau robinet dernière génération. Nous ne sommes pas contre les projets actuels mais il nous semble plus judicieux de mettre en avant des projets qui sont nés au sein d’un système plus sain.

24) Comment distribuer correctement les choses au sein de l’Internet 3.0 ?

La distribution des biens et des services sera gérée par un algorithme qui aura une conception basée sur l’économie collaborative. Cela génère une gestion plus équitable et réduit les déchets (réutilisation des objets, seconde main, …). Nous pouvons aussi rajouter une couche de gestion d’objets (nous avons déjà travaillé là-dessus dans le cadre du projet « Frenchconomy »).

Si vous désirez quelque chose, une « commande » peut être placée et le « commerçant » vous délivre l’objet là où vous êtes.

Un système d’inventaire automatisé pourra gérer l’offre et la demande de manière plus intelligente (toujours dans le but d’éviter la génération de déchets). La production doit être proportionnelle à la demande pour ne pas rentrer à nouveau dans la « société de consommation ». Le système découragera l’obsolescence programmée.

25) Y-at-il un Gouvernement dans l’Internet 3.0 ?

Non. L’évolution se fait via les résultats de la méthode scientifique et le choix de la majorité dans un environnement donné.

Personne ne pourra dicter sa politique toujours à cause du principe de l’algorithme : la majorité fait un choix et il est appliqué informatiquement. Si ce choix se révèle contre-productif, il est possible de « l’annuler ».

26) La transparence

La blockchain (type bitcoin) génère déjà une transparence (tout le monde peut regarder ce qui se passe sur la blockchain). L’algorithme sera programmé dans ce sens (accès public à ce qui se passe). Cela n’inclut pas bien évidemment le respect de la vie privée de chacun (différence entre comptes pros et comptes individuels).

27) La recherche de principes

  • Compréhension de l’inutilité de la monnaie (à très long terme).
  • Elimination du travail fastidieux.
  • Elimination de la stratification sociale.
  • Décentralisation (pas d’institutions).
  • Réduction de la pauvreté.

28) Les lois

Pas de lois dans l’Internet 3.0 mais des règles (comme la netiquette).

29) Peut-on trouver un travail dans l’Internet 3.0 ?

Oui, le système gérera la demande pour donner du travail à ceux qui en veulent (s’il y a de la demande).

30) Qu’en est-il des haters et des trolls ?

Comme dans l’Internet actuel, il y aura des outils pour signaler, des messages de rappel, des bans temporaires et en fin de chaîne des fermetures de comptes.

31) Qu’en est-il du système juridique ?

Il est décentralisé. Il sert à gérer les disputes (qui a raison ? qui a tort ?). Il est possible aujourd’hui de créer un système « judiciaire » décentralisé. Les jurés sont tirés au sort. Le système est à « prendre » avant une exécution contractuelle. Il y a un dépôt (caution / smart contract) qui est effectué et qui est rendu s’il n’y a pas eu de conflit. Il est utilisé en cas de conflit. Il est possible de faire appel, ce qui génère une « cours » de justice avec 2x plus de jurés (mais qui coûte « plus cher » à chaque fois pour éviter les abus de recours). Les cours deviennent de plus en plus grandes à chaque appel (jusqu’à la Cours Générale avec tous les jurés). Les jurés doivent être compétents dans le domaine concerné et vont voter. Ils obtiennent une récompense s’ils votent bien (c’est à dire qu’ils se retrouvent dans la décision majoritaire). Ceux qui ont mal voté perdent des tokens, ce qui pousse les jurés à voter pour ce qui est le plus raisonnable et le plus juste. Les décisions sont appliqués par les smart contracts. Ce principe s’appelle « Blockchain Dispute Resolution Layer » et il est inspiré du projet Kleros. La première cours commence avec 3 jurés.

32) Est-ce qu’une élite technique décidera des orientations dans l’Internet 3.0 ?

Non. Les algorithmes vont gérer plus rapidement plein de problèmes mais jamais ne dicteront des choses aux gens. Cela serait considéré comme contre-productif.

33) Quelles sont les applications des technologies utilisées ?

  • Echanges de biens et de services (smart contracts / contrats intelligents).
  • Réduction des coûts de paiement et des coûts de transactions.
  • Amélioration des systèmes prédictifs (« oracles ») dans le domaine des assurances.
  • Développements d’assurances peer-to-peer.
  • Traçabilité des produits alimentaires.
  • Levées de fonds rapides.

34) Quelles sont vos sources d’inspiration ?

La société actuelle, le Venus Project, l’économie collaborative, la sociologie, la blockchain et les cryptomonnaie, la réalité virtuelle, l’informatique et l’Internet d’une manière générale.

35) Comment pourrait s’organiser cette société basée sur l’Internet 3.0 ?

  • Activités humaines peer-to-peer (de pair à pair).
  • Production de valeur en commun.
  • Société du partage.
  • Mutualisation des biens, des espaces et des outils.
  • Mutualisation du savoir (usage plutôt que possession).
  • Organisation des citoyens en réseaux.
  • Consommation collaborative (covoiturage, …).
  • Modes de vie collaboratifs (cotravail, colocation, …).
  • Finance collaborative (financement participatif, monnaies alternatives, …).
  • Production contributive.
  • Promotion de la culture libre.

36) Comment avoir confiance envers les autres utilisateurs dans le système ?

Aujourd’hui, il existe de nombreux outils : note après exécution, blockchain, système de points, … Les outils informatiques peuvent détecter beaucoup plus vite les personnes qui ont de mauvaises intentions.

37) Avec quoi allez-vous développer le projet Internet 3.0 ?

Avec Unity 3D.

38) J’ai des critiques à faire !

N’hésitez pas à nous envoyer un mail ou un message pour en discuter.

Dans l’Internet 3.0, vous avez la possibilité de mettre en place vos idées si vous pensez qu’elles sont meilleures que le système existant. Après une période de test, le système actuel et votre système sont mis en concurrence et évalués scientifiquement. Le système qui donne les meilleurs résultats scientifiques devient le système principal.

39) Votre structure est obscure !

Nous avons écrit ce whitepaper pour répondre à la plupart des questions. Si toutefois un point n’était pas clair, n’hésitez pas à nous envoyer un message pour que nous puissions vous répondre. Nous rajoutons du contenu sur cette page dès qu’il y a une question pertinente qui nous arrive.

40) Je suis méfiant envers votre projet !

Nous comprenons. C’est vrai que nous avons confiance en nous-mêmes parce que nous connaissons nos compétences. Mais nous avons aussi conscience que ce n’est pas le cas pour les personnes qui nous découvrent. Nous vous invitons à nous poser des questions et/ou à revenir régulièrement sur cette page pour voir les choses que nous avons rajoutées.

Nous ne forçons personne à nous faire confiance. Par contre, nous pensons que montrer (et faire vivre) un monde où les règles sont différentes, et l’organisation sociale différente, peut être une expérience intéressante pour voir ce qui en découle et éventuellement en inspirer la société actuelle. Si cette organisation différente s’avère bénéfique à court ou moyen terme, il sera alors possible de démontrer qu’on peut s’organiser autrement sans que cela ne pose de problèmes supplémentaires (voire même corrige beaucoup de problèmes de notre société actuelle).

41) Vous voulez faire quoi avec mon argent ?

En très très bref et très simple : développer un programme pour Windows qui lancera un monde 3D (comme le jeu Fortnite).

42) Quel est le résultat prévu si je donne un peu d’argent pour ce projet (phase 1) ?

Pour la phase 1 : un MVP (Minimum Viable Product). Un programme que vous pourrez télécharger et qui sera un aperçu et une base du projet global. Ca permettra aux gens d’avoir quelque chose à télécharger et à tester pour se donner une première idée.

43) De quoi avez-vous besoin techniquement pour la phase 1 ?

Un développeur Unity 3D et des développeurs 3D. Nous les avons déjà. Ainsi qu’un serveur virtuel (nous l’avons déjà aussi).

44) En gros, vous voulez créer un truc comme Second Life. Vous avez 15 ans de retard !

Notre projet est différent. Les villes sont organisées différemment. Les règles sociales ne sont pas les mêmes. La « monnaie » est basée sur la Blockchain, le système judiciaire aussi.

45) A quel besoin répond votre projet ?

Le projet répond au besoin de pouvoir voir ce que serait une société avec des règles (une organisation socio-économique) différentes.

46) En gros, vous voulez que je vous file de la thune pour développer un jeu 3D ?

Pour l’histoire du jeu 3D, c’est pour expliquer les choses simplement. C’est bien sûr plus complexe que ça car ce n’est pas qu’un jeu mais aussi un système de communication, un système social, un système judiciaire, un système d’échange de biens et de services, etc. C’est beaucoup plus développé qu’un jeu 3D puisque c’est un outil que vous pourrez utiliser tous les jours.

47) Ma critique est l’alternative. Mettez-la en place !

Si votre critique est l’alternative, alors dans l’Internet 3.0 elle sera étudiée avec la méthode scientifique. Vous pourrez même gérer le projet (avec la publicité nécessaire) si vous pensez que c’est mieux que le système existant. C’est en partie à ça aussi que nous faisions allusion quand nous parlions que le projet prend en compte « les évolutions futures ». Si une alternative est plus efficace, alors elle est implémentée. Mais elle doit prouver scientifiquement qu’elle est plus efficace que « le fonctionnement actuel ».

48) Comment vous aider ? Quels sont vos besoins ?

Si notre idée vous plait, vous pouvez faire un don. Nous estimons la création du MVP à environ 1000 euros. Le MVP ne sera créé que si nous arrivons à collecter cette somme.




49) Quel est l’avenir de votre projet ?

Comme tout lançeur de projet, nous espérons qu’il intéressera du monde. Si c’est le cas et que nous avons assez de dons pour lancer le MVP, alors nous pourrons lancer concrètement le projet.

Par contre, si nous n’arrivons pas à avoir assez de dons, alors le projet ne pourra pas naître et ça sera un signe pour nous que soit le projet est trop en avance sur son temps, soit qu’il n’intéresse tout simplement pas. Nous laisserons alors ce whitepaper en ligne aussi longtemps que possible pour qu’il puisse inspirer d’autres personnes et soit une base de travail.




Le futur sur Internet

La science du futur – Une ville parfaite

[Nuit Debout] Faisons-leur peur

Intervention de Sylvain BARON (8 avril 2016)

Lien de la vidéo sur Youtube : https://youtu.be/4FY5ElYxVwE

 

Interview de Jacque Fresco (émission néo-zélandaise, avril 2010)

Lien court : http://www.ttpfrance.org/?p=6084

Jacque Fresco sur Discovery Channel !

Lien court : http://www.ttpfrance.org/?p=5717

Comprendre l’Economie Basée sur les Ressources en 6 courtes vidéos

Formation gratuite à l’Economie Basée sur les Ressources

  1. Vidéo 1
  2. Vidéo 2
  3. Vidéo 3
  4. Vidéo 4
  5. Vidéo 5
  6. Vidéo 6
Lien court : http://www.ttpfrance.org/?p=5687

Discussion à propos de l’article « Les technologies de l’automatisation et de l’internet sont en train de créer une société où tout sera gratuit, mais dans laquelle l’emploi sera très limité »

Voici un fil de discussion.

Vous pouvez laisser vos commentaires à la fin si vous le souhaitez.

Les technologies de l’automatisation et de l’internet sont en train de créer une société où tout sera gratuit, mais dans laquelle l’emploi sera très limité

http://www.express.be/business/fr/economy/les-technologies-de-lautomatisation-et-de-linternet-sont-en-train-de-creer-une-societ-ou-tout-sera-gratuit-mais-dans-laquelle-lemploi-sera-tres-limit/203661.htm

Ca va tout à fait dans le sens de tes convictions et idées !..

Ce n’est pas, à la base, une question de convictions et d’idées. Les convictions et idées ne viennent qu’ensuite.
 
A la base, c’est une question de « De quelles données dispose-t-on pour voir l’impact de nos connaissances technologiques sur le futur relativement proche ? »
 
Ensuite, la grande question qui arrive est : « Quand allons-nous créer un système économique qui soit au même niveau que nos connaissances sociales et technologiques ? »
 
Le niveau social évolue plus lentement que le niveau technologique, certes. Mais historiquement, plus cet écart a grandi, plus les sociétés qui l’ont subi ont eu des crises profondes.
 
Soit on se dit : « Notre système des années 50-60 est le meilleur et il est tout à fait adapté aux problèmes du 21ème siècle ».
Soit on se dit : « Nos connaissances sociales et technologiques ont beaucoup avancé depuis les années 50-60 et ça serait plus intelligent de refaire un système avec nos connaissances du 21ème siècle en prévoyant aussi les évolutions possibles dans le futur ».
 
Et dans ce cas-là, une Economie Basée sur les Ressources est bien plus adapté au 21ème siècle (22ème, 23ème, …) que le système capitaliste financiarisé poussé à son maximum (consommation au-delà des ressources de la Terre) qui ne résout aucunement la famine, la guerre, la pauvreté, les souffrances humaines, les inégalités, …
(quelqu’un peut-il me prouver le contraire ?)
 
N’oubliez jamais que pour la première fois dans l’histoire, les jeunes vivent socialement moins bien que la génération précédente. Et tout indique que ça va être encore le cas pour la génération en-dessous.
 
Tout système plus intelligent ou efficace (ne serait-ce que temporairement) finit par prendre le dessus. Le problème, c’est qu’au niveau social, l’histoire nous enseigne que cela prend toujours beaucoup de temps…
(acceptation de l’héliocentrisme, passage des chiffres romains aux chiffres arabes, passage du cheval au train pour les longs trajets, …)
 
Nous sommes, au niveau mondial, dans une société de haute énergie depuis 1927 (on peut bien sûr encore exclure, malheureusement, quelques pays du tiers monde).
Et ça, socialement, c’est un marqueur historique très puissant (point de départ pour l’accélération des connaissances d’une civilisation).
 
Bref, ce n’est pas qu’une question de convictions et d’idées mais surtout une question de « en 2014, nous avons telles données ; pour que le changement ça soit maintenant, doit-on les prendre en compte ou bien les ignorer ? »

  • Paléolithique/Mésolithique = économie de prédation (chasseur-cueilleur) [pas d’autorité politique permanente]
  • Néolithique = économie de subsistance [politique lignagère-chefferie]
  • Antiquité = esclavagisme [politique monarchique anax/agôn puis politique monarchique/oligarchique/autocratique]
  • Moyen-Age = féodalisme [politique monarchique]
  • Renaissance = mercantilisme [politique monarchique]
  • Ere industrielle/électrique = capitalisme naissant/communisme naissant [politique monarchique constitutionnelle et politique républicaine]
  • Ere électronique/nucléaire/informatique = capitalisme / communisme [politique constitutionnelle]
  • Ere numérique = capitalisme financiarisé [revenu de base ?] [politique constitutionnelle]
  • Ere scientifique/technologique = [EBR ?] [méthode scientifique ?]
Bonjour G.,
 
Il faut être libre pour se poser tant de questions.
 
Ma question est à plus court terme : “je dois faire au mieux pour mes enfants” les nourrir, leur offrir un cadre de vie agréable (parents, amis, lieu de vie, vacances), une éducation sociale et culturelle et sécuriser un peu leur avenir.
 
Je ne sais pas si j’ai raison ou tort de penser ainsi mais je fais des choix et je m’y tiens.
 
Je suis sûr que les produits que tu vends seraient moins bons s’ils étaient produits par des machines. Il y a un lien entre les êtres et ce lien est indispensable pour éviter les guerres. Si les machines remplacent ce lien, on va perdre, la générosité, l’altruisme, l’empathie, puis, la culture, la poésie, le rêve. Les hommes commencent à sous-traiter leur mémoire à des ordinateurs. Les GPS nous font perdre le sens de l’orientation. Les gens sont de moins en moins joignables depuis que les portables existent. 
 
Bon courage.
 
M.
Salut M.
J’ai la chance de pouvoir être (dans l’ensemble) libre. Mais je ne te cache pas que dans la société actuelle, cela a un coût.Pour tes enfants, ta réaction est tout à fait normale. Le problème, c’est que toutes les études montrent, en tous cas si on continue comme cela, que la génération de tes enfants vivra moins bien que ma génération.
Et je pense que tous les parents aimeraient éviter cela.Concernant l’exemple avec mes produits, c’est à la fois vrai et non-vrai.

Vrai dans le sens où un produit artisanal, dans le système actuel, est bien évidemment de meilleure qualité gustative que des produits industriels (où on cherche avant tout la rentabilité).
Moi-même travaillant dans le système de la Ruche qui dit Oui, je constate tous les jours que le travail des artisans et producteurs français donne, au final, une qualité supérieure par rapport aux produits industriels.

Par exemple, pas loin de chez toi (Bullion, environ 10 km), il y a la Boulangerie des 6 Moulins (qui sont inscrits dans les ruches) et qui fait du pain haut-de-gamme (uniquement à base de matières premières de haute qualité).

C’est vraiment super ce qu’ils font. Ils ont même ouvert une deuxième boulangerie et cherche 5 vendeuses (boutique et marchés) sur les week-ends et le mardi.

Donc sur ce point-là, oui, tu as raison.

Par contre, comme nous sommes dans une société de haute énergie depuis 1927, la plupart de nos problèmes sont devenus techniques (et non plus politiques comme quand nous étions encore dans une société de basse énergie).

Aujourd’hui, il est possible de copier, au millimètre prêt, les gestes et les techniques des plus grands cuisiniers. Il est donc tout à fait possible, sur le plan technique, de produire une machine (un robot) qui serait capable de faire un produit alimentaire de la même qualité qu’un artisan (ça existe déjà au japon pour les nouilles).

A titre personnel, j’ai déjà effectué pour mon ancienne association de la culture de salade en aéroponie. Le résultat est, pour moi, identique gustativement aux salades qu’on trouve au supermarché.

Donc c’est plus un problème de système (recherche de la rentabilité) qu’un problème « artisans vs machines ».

Vidéo d’illustration : http://www.dailymotion.com/video/xu2ew_robot-bar_fun

Concernant le lien entre les êtres, tu as également raison sur ce sujet.

Outre le fait que c’est une théorie que je soutiens depuis 15 ans, des études récentes (comme par exemple celles du physicien Nassim Haramein), montrent que nous sommes, sur le plan des sciences physiques et des mathématiques, reliés (nos actions ont un impact qui dépassent le cadre purement personnel).

Vidéo d’illustration avec Nassim Haramein : http://www.youtube.com/watch?v=jWofY38-ViY

Dans une Economie Basée sur les Ressources, les machines ne remplacent pas le lien dont tu parles.

Quand tout un ensemble de capteurs seront présents dans nos villes, nous serons techniquement capables de centraliser ce qu’on appelle aujourd’hui la prise de décision.

La prise de décision humaine (déjà obsolète en soi en 2014) ne sera plus basée sur la politique locale mais sur une approche holistique de résolution des problèmes.

Ce système centralisé, à ne pas confondre avec ce que l’on voit dans les films de science-fiction apocalyptique, pourra être connecté à des laboratoires et des universités avec toutes les données monitorées et mises à jour constamment.

La plupart des technologies nécessaires pour ce système de gestion sont déjà disponibles en 2014.

La grande différence avec le système actuel, c’est que dans une Economie Basée sur les Ressources, les capteurs environnementaux sont utilisés dans tous les domaines de la complexité sociale. Ils coordonnent un équilibre entre la production et la distribution et agissent pour maintenir une économie équilibrée (load-balanced).

C’est d’ailleurs ce qui se fait déjà en hébergement Internet au niveau charge machine (si un serveur internet reçoit trop de données/connections, on utilise la technique du load-balancing pour répartir la charge sur plusieurs serveurs).

Appliqué à l’agriculture, cette technologie permet de gérer intelligemment la qualité de l’eau, les insectes, la qualité des sols, les maladies des plantes, …

Les informations recueillies permettent ensuite à l’humain d’arriver à des prises de décisions plus appropriées basées à partir du feedback de l’environnement.

L’informatique, et par extension l’intelligence artificielle (les microprocesseurs seront plus intelligents que nos cerveaux dans la deuxième moitié des années 2020) transformeront de toute façon nos sociétés.

On peut alors, si nous en faisons le choix, utiliser ce système, basé sur une échelle scientifique des performances, pour gérer l’ensemble des ressources pour le bien commun.

Attention, je ne dis pas que l’humanité fera forcément ce choix (je ne suis pas devin), je dis simplement que l’humanité aura cette possibilité de choix.

Un microprocesseur (1 millier de trillions de bits par seconde actuellement) gère les informations de manière plus rapide qu’un cerveau humain. Ensuite, tout dépend de comment on se sert de cet avantage.

Arrivés à 7 milliards d’individus, une gestion des problèmes avec des cerveaux politiques humains est forcément un système qui est submergé par l’information et les problèmes. A ce niveau de gestion, une autre approche est nécessaire.

Je pourrais ensuite parler des études sociales sur le niveau culturel des individus dans les pays de l’est avant la chute du mur de Berlin mais je crois que c’est déjà pas mal pour ce mail 🙂

Concernant la joignabilité des personnes, je pense que c’est plus un problème de système (qui génère pour chaque individus beaucoup de problèmes à résoudre) que d’un comportement lié à la technologie.

Si les gens avaient moins de choses à résoudre dans leurs journées (moins pressés et/ou moins sollicités commercialement), seraient-ils plus facilement joignables ?
Je pense que oui.

Cordialement.

G.

PS : Documentaire « Notre réalité technique » de Douglas Mallette, à voir quand tu pourras –>
http://www.youtube.com/watch?v=7hPkFYmONLI

Lien court de la discussion : http://www.ttpfrance.org/?p=5165

 

Jacque Fresco va avoir 98 ans ce mois-ci !

Jacque Fresco, inventeur du concept d’Economie Basée sur les Ressources, va avoir 98 ans ce mois-ci !

Eh oui, Jacque Fresco est né le 13 mars 1916 !

Jacque Fresco, image 1

Jacque Fresco, image 2

Rappel :
1 clic = image seule
Encore 1 clic = image plein écran

Lien court de l'article : http://www.ttpfrance.org/?p=4981
Les 25 derniers commentaires :
close
Facebook IconYouTube IconTwitter IconSuivez-nous sur Google+ !Suivez-nous sur Google+ !